Les traces numériques, késako ?

21 Nov

Les traces numériques

Qu’est-ce qu’une trace numérique ?

Les traces numériques représentent l’ensemble des données laissées par un utilisateur sur internet et permettent de retracer les sites visités, les achats passés, les connexions et l’usage fait d’internet.

Moteurs de recherches, e-commerce, lecture de mails… les traces numériques sont laissées après chaque usages du numérique par les adresse IP attribuées par le fournisseur d’internet. Ces traces enregistrent nos connexions durant un an et dans la plupart des cas, les internautes ne sont pas au courant.

Une fois récoltées, ces traces permettent de suivre notre activité et parfois de nous retrouver. Souvent l’internaute n’a pas conscience des dangers de l’utilisation d’internet. Les exemples sont nombreux et parfois pervers. Ainsi, il suffit de visiter un site de vente de chaussures pour que, plus tard, à côté du site de météo France, apparaisse les publicités Sarenza.com.

Ceci n’est pas anodin ; Les traces numériques laissées après la visite d’un site sont collectées par les agences de publicités et de marketing qui peuvent ainsi, facilement centrée leur publicités selon les comportements du client.

Cependant, les traces peuvent avoir des conséquences plus « vicieuses ». Qui de nous n’a jamais entendu l’histoire d’un licenciement à cause d’une photo de soirée trop arrosée publiée sur Facebook ? Et plus incroyable encore, les terroristes, comme Mohamed Merah, retrouvé grâce à un tractage numérique de chaque instants.

Ainsi, s’il est incontestable que nous sommes constamment suivis, il devient obligatoire de connaitre les dangers d’internet mais aussi la prévention et les précautions à prendre pour éviter que notre usage d’internet ne devienne un handicap à notre vie privée.

Publicités

Google et le ciblage comportemental

16 Déc

google-is-watching-you

Avez-vous déjà regardé avec attention les publicités misent en place à gauche de votre écran lorsque vous allez sur Google, Facebook et d’autres sites ? Si on les regarde de plus près on se rend compte qu’elles sont toujours liées à nos centres d’intérêts ou à des recherches faites auparavant.
Par exemple, vous recherchez une auberge de jeunesse à Londres pendant plusieurs jours : vous aller voir apparaître une multitude de liens vers des sites d’hôtels, d’auberges de jeunesses situées à Londres. C’est une nouvelle technique de marketing sur internet appelée le ciblage comportemental.

Comme nous le montrons à travers notre blog, toutes les recherches que nous faisons sur internet, les sites que nous visitons, en somme, toutes nos actions sur le net sont enregistrées, stockées et donc cela permet le ciblage comportemental.

Google est un adepte de cette nouvelle technique de marketing sur internet. En effet, Google garde toutes les recherches en mémoires, tout ce que les internautes font, recherchent et écrivent. Google revendique le stockage et l’utilisation des données personnelles en expliquant que plus il connaitra l’utilisateur, au mieux il pourra cibler sa recherche en lui proposant les solutions les plus adaptées à sa requête et liens publicitaires en rapport avec sa demande. Tous les services que proposent Google (google +, google earth, youtube…), sauf Gmail, lui permet de déterminer le profil des utilisateurs afin de mieux le servir; un auteur a déclaré que « Google en savait probablement plus sur lui que ses proches ».

En 2009, Google a crée Adsense, qui est un programme de ciblage. Grâce à lui, dès que nous tapons des mots pour effectuer une recherche et visitons des sites, des cookies vont être déposés sur notre ordinateur et vont permettre à Google d’enregistrer puis de conserver nos actions sur internet. Il va ainsi amasser des données personnelles nous concernant afin de nous connaitre et de mieux cibler nos centres d’intérêt, et ainsi nous proposer des liens publicitaires susceptibles de nous intéresser.
Le fait que Google enregistre et conserve nos données personnelles et les utilisent à des fins marketing amène à se demander s’il n’y a pas atteinte à la vie privée des internautes et s’il y a bien une protection des données personnelles. En effet les internautes ne sont pas tous au courant que même s’ils n’utilisent pas l’un des services de Google, des cookies suivent leurs comportements sur internet. De plus, même si seul le service Gmail ne serait pas concerné par la conservation des données puisque les échanges de mail sont censés être strictement privé, en 2010 un américain a porté plainte contre Google. Celui-ci scannerait nos messages électroniques afin de mieux nous connaitre, cibler notre personnalité et nos centres d’intérêts pour nous proposer des liens publicitaires propices à nous plaire.

A travers cet article d’octobre 2012 dans Lesechos.fr, nous apprenons que la CNIL demande a Google plus de transparence, c’est-à-dire de donner à l’internaute la possibilité de dire non à la publicité ciblée ou encore de pouvoir lui-même décider du temps de conservation de ses données personnelles.

Google n’est évidemment pas le seul à garder en mémoire nos informations personnelles et cette technique marketing. Facebook par exemple, d’après cet article, nous proposerait des publicités ciblées en fonction de nos statuts.

Sources:
– La face cachée de Google. (M. Rovere, Trad.), 2008 Paris: Manuels Payot
– Comment Google mangera le monde ? 2007 Paris: L’Archipel

Vidéo

Oust, dites Adieu à vos traces de navigation !

14 Déc

Comme nous l’avons vu dans de précédents articles, il est important de savoir gérer ce que l’on laisse de notre passage sur la toile, car le danger est bel et bien présent, et cela à de plus en plus de répercussions néfastes sur notre vie.

Le tutoriel présenté ci-dessus, proposé par Orange, nous permet de comprendre qu’elles sont ces traces, et comment les effacer définitivement pour naviguer en toute sérénité, et surtout sans s’exposer ! La technique est simple, se rendre dans l’onglet de votre navigateur (Internet Explorer, Mozilla, Google Chrome) puis trouver « Outils » et « Effacer vos données de navigation », en 5 secondes vous avez disparu du net.

Mais il existe également sur les navigateurs les onglets « Fenêtre de navigation privée », qui vous assurent que les pages que vous consultez dans cette fenêtre n’apparaîtront pas dans votre historique de navigation ni dans votre historique des recherches. Elles ne laisseront pas d’autres traces, telles que des cookies, sur votre ordinateur une fois que vous aurez fermé !

N’oubliez pas d’être alertes, aussi insignifiant que cela puisse paraître, un simple « clic » peut vous protéger, et le négliger vous mettre en danger…

Sources:
– Site assistance Orange: « Effacer vos traces numériques »

Mohamed Merah : traçabilité et criminalité

13 Déc

Mohamed Merah

Les traces numériques ne sont pas utilisées qu’à mauvaise escient. Elles ont permis à plusieurs reprises de retrouver terroristes, meurtriers, violeurs et autres criminels.
Les services de police utilisent les traces laissées par les suspects pour retracer tous leurs faits et gestes et trouver de nouveaux témoins possibles. C’est ce que l’on appelle le « profilage ». Toutes traces laissées devient un indice de plus et permet de créer un profil psychologique au suspect.

A titre d’exemple, en mai dernier, la France entière découvrait ce que l’on appelle aujourd’hui « l’affaire Mohamed Merah ». Pendant plusieurs jours ce terroriste a été activement recherché par tous les services de polices.
C’est en autre grâce aux traces numériques laissées qu’il a pu être retrouvé quelques jours plus tard. Les chiffres sont incroyables : 7.000.000 de données téléphoniques étudiées et plus de 700 connexions internet analysées ont permis de le retrouver.
En effet, Mohamed Merah et son frère faisait partie des personnes ayant consulté le site internet « Leboncoin.fr » pour acheter le scooter que l’on a retrouvé abandonné non loin du lieu du crime. A la suite de cela, les enquêteurs ont poussé les recherches concernant ces jeunes hommes non géo-localisés ; les huit lignes téléphoniques de leur mère ont était mise sur écoute, l’analyse des caméras du quartier… C’est quelques heures plus tard que Mohamed Merah sera retrouvé dans son appartement. Chacun connait la suite de l’histoire.
Cet évènement, qui a marqué chacun de nous, met en avant l’importance incontestable des traces numériques dans les enquêtes criminelles.

Le droit à l’oubli

13 Déc

Effacer_mes_traces_t.800

Avec internet qui garde en mémoire toutes nos informations personnelles, peut on prétendre à un droit à l’oubli numérique ? Pourrait on avoir la possibilité d’effacer nos données personnelles, ci celles-ci nous portent préjudice ?

Depuis 2009/2010, la CNIL travaille sur une loi ou plutôt une charte sur le droit à l’oubli numérique ou du moins qui permettrait aux internautes de limiter leurs traces sur le net. La CNIL a déjà une loi assurant aux internautes d’avoir accès à toutes leurs traces numériques s’ils le souhaitent et d’empêcher leur divulgation. Le droit à l’oubli irait plus loin puisqu’il permettrait la suppression de ces traces.

Dans le podcast de l’émission Bien Commun du 22 mars 2012 sur France Culture, Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL nous parle du droit à l’oubli. Selon elle le droit à l’oubli « permet de changer, d’évoluer, d’être nous-même », « ce n’est pas rayer son passé » comme elle l’a dit mais c’est avoir le droit de changer, d’évoluer. En effet comme nous le savons, les entreprises utilisent de plus en plus les données personnelles et les informations qu’elles peuvent trouver sur internet, et certaines peuvent être un frein à un contrat de travail.
Isabelle Falque-Pierrotin évoque aussi le droit de portabilité pour l’internaute qui consiste à pouvoir récupérer toutes nos données personnelles et nos informations quand on veut changer de réseau social, lorsqu’on a développé un profil sur ce dernier.

Cependant il existe de nombreuses raisons qui empêchent que le droit à l’oubli se mette en place comme le précise cet article du Figaro. Notamment celui de porter atteinte à la liberté d’expression et au droit à l’information. De plus cela semble très difficile à mettre en place, étant donnée qu’internet dépasse les frontières et chaque pays n’a pas les même droits que tous les autres en ce qui concernent internet. Il faudrait que tous les pays se plient aux lois de la CNIL européenne, ce qui est presque impossible.

Pourras-t-on un jour se faire oublier du net ? Affaire à suivre…

Sources:
– CNIL.fr
– franceculture.fr

Utilisez un appareil numérique et je vous dirai où vous êtes

12 Déc

pellicule4

Aimeriez-vous pouvoir être localisé n’importe où ? A n’importe quel moment du jour et de la nuit ?

La plupart d’entre nous répondront non. Et pourtant nous sommes localisables en permanence et parfois indépendamment de notre volonté. En effet, dès que nous allumons un appareil numérique, GPS, smartphones, les coups de fil, l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux, l’utilisation de caméra de surveillance… nous laissons des traces numériques, des informations personnelles qui permettent de nous localiser. N’avez-vous jamais remarqué lorsque vous écrivez un message sur Facebook le petit « à proximité de Paris » par exemple ?

La géolocalisation est un sujet très controversé, notamment dans le cadre du travail. Il est facile pour les employeurs d’en abuser et de surveiller leurs employés à leur insu comme dans cette vidéo où un employeur a surveillé le comportement de l’un de ses chauffeurs pendant qu’il était au volant. Cependant ce genre de pratique de la part des employeurs est totalement interdite si l’employé n’est pas au courant du dispositif de géolocalisation qui a été mis en place à son égard, puisque cela porte atteinte aux droits et aux libertés des personnes.
En mars 2006, la CNIL a mis en place des conditions concernant l’utilisation des dispositifs de géolocalisation afin de protéger les employés. Par exemple, un dispositif de géolocalisation peut être mis en place si cela contribue à la sécurité des personnes ou des marchandises transportées mais en aucun cas il ne doit permettre la surveillance des dépassements de limitations. Vous pouvez retrouver toutes les conditions sur ici sur le site de la CNIL.

Le monde du travail n’est pas le seul concerné par les dangers de la géolocalisation, nous le sommes tous. Tout ce que nous faisons sur internet, que ce soit publier des photos sur Flickr, mettre à jour nos statuts Facebook ou Twitter ou encore poster des vidéos sur Youtube et même les points d’accès WIFI peuvent être un moyen de nous localiser. De plus, de nombreuse applications voient le jour dont l’objectif principal est la localisation comme Google Street View et récemment l’application Foursquare qui permet de repérer nos amis qui sont à proximités.

Peu de personnes ont pris conscience qu’ils peuvent être localisés très facilement via l’utilisation d’appareils numériques et d’applications. Il faut aussi souligner que tout le monde peut avoir accès à ses informations et pas seulement des experts de l’informatique. Certes il est sympathique de pouvoir partager avec nos proches ce que nous faisons et où nous sommes mais il ne faut pas perdre de vue que tout le monde peut avoir accès à ces informations et que dans certains cas elles peuvent être utilisées à des fins marketing ou même parfois dans des cas extrêmes à des fins criminelles.

Vidéo

Toute votre vie est en ligne

12 Déc

Sur les airs d’une musique orientale, un télépathe fait son show. Depuis l’arrivée d’Internet, les devins ont beaucoup moins de mérite.
La preuve avec ce faux voyant, qui indique à ses cobayes effarés leurs informations les plus personnelles.
Dans la ville de Bruxelles en Belgique, des inconnus viennent à la rencontre d’un voyant qui va rapidement réussir à lire dans leur pensée, en leur révélant à voix haute des choses personnelles sur eux.
Son secret : un peu de mise en scène, et quelques recherches sur le web.
Un tour de magie à la portée de tous ! Malheureusement…
Au début, les informations dévoilées sont banales, puis au fil de l’entretien les questions deviennent de plus en plus précises, comme le numéro de carte bleu des individus. Les personnes sont stupéfaites, et restent sans voix.
Il s’agit en fait d’une vidéo virale pour la banque Safe Internet Bankig. Le télépathe dévoile sa technique qui n’est autre qu’une bande de pirates en arrière salle qui récupèrent des informations personnelles sur les réseaux sociaux principalement.
Lorsque le rideau s’abaisse, les inconnus sont effrayés et prennent conscience que leurs vie est en ligne, visible par tous.
Il s’agit d’une campagne de communication menée par la Fédération belge du secteur financier qui veut attirer l’attention sur la volatilité et la valeur des informations personnelles que nous mettons nous-mêmes en ligne.

Source: Vidéo Youtube : » Toutes vos données personnelles sont en ligne »

Textes de Lois

11 Déc

CNIL

Sur le site de la CNIL apparait le slogan suivant : « L’informatique doit respecter l’identité humaine, les droits de l’homme, le vie privée et les libertés ». Ainsi, il existe un nombre de lois bien définies qui ont deux buts bien précis :

–          Faire connaitre aux individus leurs droits en matière d’internet

–          Faire connaitre les limites qu’ils possèdent face à leur usage du net.

Voici les lois essentielles à l’usage d’internet :

  • LE DROIT D’ACCES :

« Toute personne a le droit d’interroger le responsable d’un fichier pour savoir s’il détient des informations sur elle »

 « Toute personne justifiant de son identité a le droit d’interroger le responsable d’un fichier ou d’un traitement pour savoir s’il détient des informations sur elle, et le cas échéant d’en obtenir communication. »

 « Toute personne peut prendre connaissance de l’intégralité des données la concernant et en obtenir une copie dont le coût ne peut dépasser celui de la reproduction. »

Ainsi, le droit d’accès permet à l’individu d’en savoir plus sur les informations personnelles publiées le concernant; il peut savoir où et pourquoi elles vont être utilisées, et être informé du motif en cas de transferts des informations.

  •  LE DROIT DE RECTIFICATION :

« Toute personne peut faire rectifier, compléter, actualiser, verrouiller ou effacer des informations qui la concernent lorsque ont été décelées des erreurs, des inexactitudes ou la présence de données dont la collecte, l’utilisation, la communication ou la conservation est interdite. »

En clair, le droit de rectification complète le droit d’accès. Il assure à l’individu ayant divulgué ses informations personnelles d’être averti par l’usager en cas de modification du contenu.

  • LE DROIT D’ETRE INFORME DE L’USAGE DE NOS NOMS :

« Toute personne a le droit de savoir si elle est fichée et dans quels fichiers elle est recensée. »

 « Toute personne qui met en œuvre un fichier ou un traitement contenant des données personnelles doit informer les personnes fichées de : l’identité du responsable du traitement, l’objectif de la collecte d’informations, le caractère obligatoire ou facultatif des réponses, les conséquences de l’absence de réponse, les destinataires des informations, les droits reconnus à la personne, les éventuels transferts de données vers un pays hors de l’Union Européenne ».

Ce droit de regard sur ses propres données personnelles vise aussi bien la collecte des informations que leur utilisation. C’est un droit essentiel car il permet l’application du droit d’opposition et du droit d’accès.

  • LE DROIT D’OPPOSITION :

« Toute personne a la possibilité de s’opposer, pour des motifs légitimes à figurer dans un fichier

«Toute personne peut refuser, sans avoir à se justifier, que les données qui la concerne soient utilisées à des fins de prospectio, en particulier commerciale.»

Ainsi, tout individu peut s’opposer à la publication d’informations ou d’images le concernant, ou même demander la suppression immédiate de ces informations. Le droit d’opposition est un texte de lois fondamental dans la liberté des individus et le respect de la vie privée. Il permet à l’individu de contrôler les informations le concernant.

Cependant il est  important de noter que le recours à ces droits ne s’applique pas dans les services publics comme les services fiscaux, de police, de justice…

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de la CNIL dans la rubrique  «liens utiles»